Instagram Archives

Il est désormais possible de cacher les photos publiées sur un compte Instagram dont on est le propriétaire. Cela permet d’améliorer la qualité visuelle de sa grille sans devoir passer par la solution radicale de suppression.  Mais cela devrait aussi favoriser l’augmentation du nombre de publications puisqu’on sait qu’on peut rendre privées les photos de moins bonne qualité. C’est que certains utilisateurs se censuraient considérant qu’ils n’étaient pas capables de suivre le niveau qualitatif de certains comptes.

La fonctionnalité se place à mi-chemin entre un post permanent et les Stories. Elles permettent de raconter ce que l’on vit en ce moment (Stories) tout en conservant la publication comme souvenir (Post normal). Un compte Instagram devient donc une vitrine que certains utilisent habilement (exemple) ce qui est un argument important quand on sait que les réseaux sociaux sont souvent parmi les premiers résultats à sortir lorsque l’on recherche une personne.

 

Guide Google Photos

Dans la suite d’un précédent article, je vous livre ici une ressource très utile pour prendre en main Google Photos. Google Photos permet de créer une librairie de ses photos depuis son smartphone ou ordinateur de bureau sans grand effort. Une fois l’application installée et les paramètres définis, le backup en ligne s’effectue automatiquement. C’est à mon avis la solution la plus complète à ce jour pour une gestion facile de ses photos. Bonus: le moteur de recherche de Google Photos permet par exemple de trouver toutes vos photos de chiens lorsque vous cherchez ce mot.

Vers un monde AI first

Après le mobile, l’intelligence artificielle devrait attiser toutes les convoitises. Plusieurs grands constructeurs sont déjà au travail parmi lesquels on retrouve Google, Amazon et Microsoft. Pour le moment, l’intelligence artificielle prend deux formes:

  • les bots
    plusieurs messageries privées proposent des bots censés vous faciliter la vie. Commander un taxi, une pizza, réserver une place, etc. C’est une formule qui est privilégiée sur les réseaux sociaux.
  • l’assistance vocale
    les grands fabricants du secteur ont tous leur propre solution:
    Amazon Alexa, Microsot Cortana, Apple Siri, Google Assistant, etc. Actuellement, Amazon Alexa remporte clairement la mise et bénéficie déjà d’une plateforme assez riche de services compatibles.

Nous verrons qui remportera la mise mais nous pouvons déjà anticiper plusieurs bouleversements:

  • L’écran ne sera plus l’interface privilégiée.  Comme je l’ai déjà expliqué, Alexa d’Amazon fonctionne entièrement par la voix. C’est une révolution dans le monde informatique.
  • Frictionless sera le mot clé de ces prochaines années. Faire des opérations sur le web avec le moins de frictions possibles deviendra un leitmotiv. L’AI le rendra possible.
  • Internet sera présent dans toutes les pièces de votre appartement via des bornes connectées. Elles permettront de lancer des assistants sans devoir allumer un ordinateur, ce qui vous libérera de vos appareils. On parle d’Ambient Computing.
  • Cette évolution n’est pas une bonne nouvelle pour les annonceurs puisqu’elle va entraîner une chute progressive des consultations d’un site via des navigateurs web. Donc d’une baisse de revenus liés à la publicité, etc.
  • Les téléphones fixes disparaîtront définitivement. Les appels se feront en ligne via des services comme Skype et autres depuis ces bornes.
  • De nombreux métiers vont évoluer, certains disparaître d’autres au contraire seront créés.

A termes, l’intelligence artificielle sera capable d’anticiper vos besoins avant même que vous ne les réclamiez. Pour cela, les grands constructeurs doivent amasser des tonnes de données personnelles pour mieux vous comprendre ce qui pose inévitablement des questions de confidentialité.  Lors de sa dernière conférence en mai 2017, Google a annoncé que l’intelligence artificielle était devenue une priorité pour l’entreprise. C’est que dans le même temps, le mobile est arrivé à maturité et rares seront les améliorations dans ce domaine. Il faut donc investiguer de nouveaux territoires. Or, l’intelligence artificielle a un énorme potentiel. D’où le pivot emprunté par Google, suivi de ses concurrents.

Nous quittons donc un monde dominé par le mobile (Mobile first) pour rejoindre un monde orienté intelligence artificielle (AI first).

 

Goodbye Things, de Fumio Sasaki

C’est le coup de coeur de cette année 2017. Goodbye Things est un manuel pour adopter un mode de vie minimaliste. Si le livre contient des conseils précieux pour réduire le nombre de ses possessions, il s’accompagne également d’une vraie réflexion (et même critique) de notre société consumériste. A lire de toute urgence.

Google a compris l’importance de la photo

Chaque conférence annuelle apporte sa pierre à l’édifice. Et ça devient vraiment convaincant. Tout a commencé il y a deux ans avec le lancement de Google Photos.  A l’époque, rien de bouleversant, il s’agissait d’un nouveau service qui venait s’ajouter aux innombrables déjà existants, parmi lesquels évidemment Instagram. Pas de quoi être impressionné, la concurrence faisait tout aussi bien, voire mieux.

L’année passée, Google dévoilait ses smartphones pixels dont les tests ont pu démontrer l’excellente qualité des appareils photos embarqués. Certains sites plaçaient ces smartphones en première position.

Cette année, Google lance une nouvelle initiative: Google Lens. Un système qui permet de tirer du sens à partir d’informations contenues dans des photos. Par exemple, trouver l’adresse d’une vitrine prise en photos, se connecter à un réseau wifi à partir des codes imprimés, etc.  Là, on entre dans une autre league.

Mais Google va encore plus loin et propose désormais également un service d’impression en ligne pour fabriquer des albums papiers directement dans l’application.

A cela s’ajoute une petite information passée inaperçue mais qui a su retenir mon attention: Google Photos est utilisé par 500 mio d’internautes.

En d’autres termes, Google est en train de mettre en place une solution complète pour la photo:

  • l’équipement, ou la commercialisation de smartphones avec des capteurs d’excellente qualité.
  • le stockage en ligne, dérivé de Google Drive.
  • l’intelligence artificielle capable d’organiser et tirer du sens à partir de photos.
  • un système de partage efficace entre membres du réseau.
  • un service d’impression en ligne.

A ma connaissance, ils sont les seuls à offrir une solution complète de gestion de photos. Bien sûr, cette offre se destine au grand public. Les professionnels conserveront leur workflow habituel, je pense notamment à tous ceux qui utilisent la suite Creative Cloud.

C’est plutôt bien vu, car Google a déjà le monopole sur la vidéo (Youtube) et pourrait bien s’imposer comme un acteur incontournable pour la photo. Knock knock Apple?

Search vs Discovery

Tous deux reposent sur deux mécanismes bien différents mais régissent le fonctionnement d’Internet actuellement.

Search
Une  recherche est menée quand un internaute sait ce qu’il veut, mais n’a pas l’information. Il se tourne vers Google, Bing, DuckDuckGo ou même Amazon jusqu’à ce qu’il trouve satisfaction. (Par exemple trouver les horaires d’ouverture d’une piscine, le réalisateur d’un film ou un bouquin)

Discovery
La découverte, c’est quand un internaute tombe aléatoirement sur un contenu qui l’intéresse.

En général, le référencement d’un site est maîtrisé. Les bonnes pratiques sont connues depuis des années et finalement assez stables. En revanche, la partie découverte est souvent négligée alors qu’elle pourrait être à l’origine de nouveaux clients.

 

 

La disruption Macron

Ce qu’on observe sur la scène politique française depuis dimanche dernier a un nom, ça s’appelle une disruption. Nous avons déjà de nombreux exemples connus qui nous aident à mieux comprendre ces phénomènes.

Prenons l’iPhone d’Apple. A l’époque, ce smartphone est si nouveau qu’il ringardise toute la concurrence. C’est si violent et brutal que cette dernière n’a pas le temps de s’adapter. Nokia en fera la douloureuse expérience tandis que les autres se tourneront vers Android pour sauver les meubles. Quelques années plus tard, Uber lance une application qui révolutionne la mobilité au point de mettre à mal la profession de taximan. Et la liste ne s’arrête pas là. Dyson réinvente l’aspirateur, Nespresso tue le marché du café tandis que Buzzfeed se démarque des médias traditionnels.

Dans la plupart de ces cas, l’objectif reste identique, mais la méthode est complètement repensée pour être plus efficace. Ce qui caractérise une disruption, c’est l’obsolescence brutale de l’ancienne offre. Du jour au lendemain, la demande se détourne des anciens acteurs au profit des nouveaux. C’est ce qui frappe aujourd’hui Manuel Valls et tous les anciens députés qui n’ont pas rejoint le mouvement « République En Marche ».

En général, les disrupteurs bénéficient de deux avantages. Ils n’ont pas d’héritage ce qui leur permet d’avoir plus de marges de manoeuvre. Ainsi, avoir trente de carrière politique en France est désormais devenu un handicap alors que c’était auparavant un avantage. Les disrupteurs tirent aussi parti du « first move advantage ». En étant les premiers à réimaginer leur activité, ils prennent de vitesse la concurrence qui est alors forcée et contrainte de suivre sur un terrain qu’ils n’ont pas choisi. Proposer la parité et le renouvellement de la classe politique est une habile manoeuvre de « la république en marche » parce qu’ils savent que les partis traditionnels ne pourront pas proposer une offre comparable dans l’immédiat.

Quelques réflexions sur le nouveau Surface Laptop de Microsoft

Le nouveau laptop de Microsoft est une très belle machine. Il n’y a pas de doute là-dessus. Mais au-delà du design, en quoi ce produit est-il une Surface. Jusqu’à présent, il y avait trois types de modèle:

  • Les Surfaces Pro centrées autour d’une tablette à laquelle on peut connecter un clavier;
  • Les Surfaces Book, à mi-chemin entre le laptop et la tablette (un flop commercial à tort à mon avis);
  • Les Surfaces Studio correspondant à un ordinateur de bureau dont l’écran tactile est la pièce maîtresse.

Dans les trois cas, l’utilisateur interagit principalement avec l’écran alors que la connectique et l’interface sont réduites au minimum tout en conservant toutes les qualités d’un ordinateur avec souris. C’est ce qui distingue les Surfaces de la concurrence, notamment d’Apple.

Avec l’arrivée des Surfaces Laptop pourtant, cette omniprésence de l’écran se perd. C’est un laptop comme un autre disposant d’un écran tactile. Le clavier est innovant avec un revêtement esthétique rappelant les claviers des Surfaces Pro, mais ce périphérique n’est pas ce qui définit les Surfaces.

Ce qui interroge d’autant plus, c’est que cette nouvelle gamme vient concurrencer les Surfaces Pro avec des prix aux alentours de 1000 CHF soit à peu près les mêmes tarifs.

Tout cela me donne l’impression que Microsoft avait besoin d’un device pour accompagner le lancement de Windows 10 S. Et que tant qu’à faire, autant surfer sur la marque Surface. Mais pourquoi alors ne pas continuer avec les Surfaces Pro qui pouvaient faire le job?

L’objectif des Windows 10 S vise à cibler les étudiants. C’est une clientèle qui a des moyens limités et qui dès lors ne peut s’offrir qu’un seul ordinateur là où les personnes actives ont généralement plus de moyens. Dans ce cadre, proposer un nouveau produit de type laptop, c’est admettre que les Surfaces Pro ne conviennent pas comme machine principale (et unique). Il est possible de les convertir en ordinateur de bureau via un dock mais ce dernier coûte 200 CHF soit un quart du prix de vente. Les Surfaces Laptops prennent donc tous leurs sens.

L’on pourra s’étonner que Microsoft cible une audience aussi restreinte. C’est pourtant une vieille stratégie Marketing. Plus tôt vous imprimez des habitudes chez un consommateur, plus difficile il leur sera de changer de marque.

Amazon Echo Look

Ce nouveau produit se démarque des précédents* par la présence de caméras qui permettront à l’utilisateur de se prendre en photos et de recevoir des conseils vestimentaires. What a time to be alive!

L’objectif d’Amazon est d’investir votre foyer sans avoir recours aux smartphones. L’accès à Internet sans friction, c’est à dire sans passer par une tablette, un smartphone ou un ordinateur est très séduisante. C’est même un changement de paradigme puisque l’écran n’est plus l’interface privilégiée. Mais tout de même: une caméra connectée dans une chambre à coucher, Mmh…. #WhatCouldGoWrong  On comprend tout de suite les risques en termes de vie privée.

Lire sur le même sujet: Vers une interface conversationnelle
Lire sur le même sujet: Vers une interface conversationnelle: assistants vocaux vs bots

*Amazon Echo est une enceinte connectée permettant de réaliser certaines tâches (gestion to-do list, lancement d’une playlist, consultation de la météo, etc.).