🎮 Google Stadia: le gaming en streaming

Google présentait en début de semaine son nouveau système de gaming, nom de code Stadia. J’avoue ne pas avoir suivi l’annonce en direct, peu intéressé par le sujet, mais avoir été attiré par les retours qui en ont été faits par la presse. Et pour cause, pouvoir jouer à des jeux très gourmands en ressource directement depuis son navigateur, sans chargement et sans matériel pré-requis est une réelle prouesse 🙀 annonçant l’avenir du gaming en général.

Concrètement donc, nous pourrons jouer à des franchises à grand succès (Assassin’s Creed p.ex) depuis Google Chrome. Il suffira juste d’une bonne connexion. Pas besoin d’une carte graphique dernier cri, d’un processeur puissant ou encore de Giga de RAM pour propulser le jeu. Seul le navigateur Google Chrome et une excellente connexion seront requis.

Y parvenir sur une machine n’a rien d’un exploit. En revanche, être en mesure de proposer cette interface à X internautes en même temps tient du miracle. Derrière, des infrastructures que seuls quelques acteurs au monde peuvent proposer, sont nécessaires. Je pense à Amazon bien sûr mais aussi à Microsoft, tous deux disposant d’une grosse expertise en infrastructure cloud.

Autre atout de poids dans la manche de Google, la capacité cross-platforme du système. Commencez une partie sur votre ordinateur, continuez-la sur votre smartphone, puis devant votre télévision, instantanément, sans sauvegarde et ni téléchargement. Personne n’est capable d’offrir une expérience équivalente actuellement.

Cette nouveauté bouscule un équilibre bien établi. Le monde se divisait grosso modo en deux camps: celui de la Playstation de Sony et celui de la Xbox de Microsoft. Je vois mal Sony répondre au défi à court terme, mais imagine bien Microsoft relever le challenge. De leurs côtés, les éditeurs de jeux devraient en sortir gagnants. Plus besoin d’acheter une console onéreuse ni payer un abonnement. Il suffit du navigateur Chrome et d’une bonne connexion, d’où, à priori, une participation plus large du public, et donc plus de revenus pour ces éditeurs de jeux.

Google Chrome se démarque de la concurrence grâce à ces nouvelles capacités qui vont cruellement faire défaut à Firefox et Safari. Paradoxalement, Apple devrait bénéficier de ces nouvelles capacités alors que l’entreprise était historiquement absente des jeux vidéos (j’exclus volontairement les jeux iOS), … Bref, Google nous a montré ce que devrait être l’avenir du gaming grand public mais aussi comment Youtube devrait évoluer. Seul inconnue: quelle place faite à la réalité virtuelle?

Apple Event - 30 octobre 2018

Beaucoup d’annonces qu’on pensait limitées aux iPads à l’origine mais qui ont également concerné la ligne MAC, avec des nouveaux Macbook Air et Mac Mini.

Macbook Air

Je dois dire qu’attendre 2018 pour avoir des Macbook Air Retina display - LA grande nouveauté de cette nouvelle mouture - est une honte. Il était plus que temps…pour une amélioration que je juge “mineure”. Le Retina Display est de nos jours standard. Pour le coup, Apple avait clairement innové sur la ligne Macbook Pro en introduisant cette option en 2012, mais était à la traîne sur la ligne Macbook Air. On ne comprend que trop bien la logique économique: si vous vouliez des écrans Retina, il fallait y mettre le prix et choisir la gamme Pro…

Mac Mini

Pas grand chose à dire sur les Mac Mini, mais une petite fonctionnalité traitée assez rapidement a retenu toute mon attention: la possibilité de connecter plusieurs Mac Mini et les relier les uns aux autres pour décupler les performances. Je suis assez curieux de savoir comment tout cela prend forme, notamment via quelle connectique?

iPad Pro

Côté iPad, je ne m’attendais pas à grand chose mais ai été conquis. Le nouveau design est très réussi à l’exception de la caméra qui ne permet pas d’avoir une surface plane. C’est une erreur à mon avis si l’on veut dessiner dessus… Certains se plaignent du manque de port Jack pour connecter un casque, ça ne me paraît plus aussi indispensable de nos jours. En revanche, tout le monde s’accorde à dire que le nouveau crayon, qu’on recharge en mode wireless, via les aimants latéraux est une très belle réussite, sans parler des boutons incorporés. Reste que les prix demeurent très élevés et vont probablement cannibaliser l’entrée de gamme des laptops. Mon petit doigt me dit qu’ils veulent pousser le public à choisir un iPad plutôt qu’un laptop. Les Apps sont plus lucratives sur iOS que MacOS…



🍏 L'écosystème Apple 2

Dans un Ă©cosystème qui tend Ă  se complexifier, la simplicitĂ© Ă  l'usage est un argument clĂ©, car dĂ©sormais ce n'est pas un appareil qu'il faut maĂ®triser, mais plusieurs. Chacun avec ses contraintes et particularitĂ©s. C'est lĂ  que Siri devient un Ă©lĂ©ment central du dispositif. Siri parvient Ă  lier diffĂ©rents appareils ensemble, malgrĂ© plusieurs OS diffĂ©rents, grâce Ă  son interface vocale.

PrĂ©sent sur chaque plateforme, Siri vous permet de faire des requĂŞtes qui interagissent avec vos Apps. Apple lancera cet automne une nouvelle application "shortcut" qui permettra d'aller plus loin en liant des actions Ă  des mots-clĂ©s sur Siri. Une solution qui permettra d'automatiser des tâches rĂ©pĂ©titives sans passer par un clavier. 

J'utilise par exemple Siri via mon Apple Watch pour ajouter des "Rappels". Je n'ai plus besoin de sortir mon iPhone ou d'allumer mon ordinateur. Il me suffit de lancer Siri et dicter ce que j'aimerais qu'il retienne. Le rappel se retrouvera ensuite sur chacune des plateformes.

🍏 L'écosystème Apple

Au tour d'Apple de tenir cette semaine sa conférence annuelle. Je l'ai regardée de bout en bout avec intérêt. Premier fait marquant qu'on peut retenir, aucune nouveauté matérielle n'a été annoncée, ce qui m'a contrarié parce que je souhaitais renouveler mon MacBook Air. La présentation s'est donc concentrée sur les quatre systèmes d'exploitation de la marque, dans le désordre: iOS, Watch OS, tvOS et enfin Mac OS.

Je ne vais pas entrer dans les détails, disons simplement que iOS et Mac OS ont été au centre de l'attention, les nouveautés Watch OS et tvOS étaient de leur côté plus anecdotiques.

Parmi donc ces nouveautés, je retiens en particulier la nouvelle application Screen Time centrée autour du temps passé sur l'iPhone. Elle permet de mieux contrôler sa consommation en se rendant compte du temps passé sur son smartphone avec le détail par application. J'applaudis des deux mains, cette fonctionnalité faisait cruellement défaut bien que des solutions tierces existent.

Du côté de Mac OS, il sera prochainement possible de porter les applications iOS sur Mac OS, ou en d'autres termes, du mobile aux ordinateurs fixes. D'après Apple, l'opération n'est pas très compliquée pour les développeurs et promet donc une meilleures interopérabilité entre smartphones et ordinateurs. C'est assez bien joué car ça encourage les développeurs à créer des Apps pour l'écosystème Apple.

Et c'est justement ce dont il a été question tout au long de la conférence, comme un fil rouge invisible. Apple nous a présenté tout un écosystème, allant du mobile, aux ordinateurs en passant par les montres connectées et le salon. Cet écosystème devient un avantage comparatif majeur face aux concurrents, car si l'on regarde de prêt, aucun d'entre eux ne parvient à les concurrencer sur tous les fronts. Microsoft n'est pas à la hauteur sur la question du mobile et des wearables devices (montres connectées p.ex) tandis que Google est faible sur les ordinateurs fixes. Linux de son côté reste un produit de niche et donc pas très grand public. La recrudescence des appareils tendent aussi à orienter les consommateurs vers une seule solution. Diversifier les marques est la garantie de problèmes de comptabilité ce qui en 2018 est intolérable d'un point de vue utilisateur. Année après année donc, Apple ajoute des couches qui consolide cet écosystème, car une personne qui achète un iPhone sera encouragé à acheter d'autres produits. Mais ça veut aussi dire que cette personne devient de plus en plus prisonnière de la même marque.